Chapitre 3 : la malédiction

Chapitre 3 : La malédiction

 

 

Au bout du sentier boisé se trouvaient une petite auberge et une maisonnette.

- Très bien, attendez-moi ici. » Lança Roze en entrant.

- Bienvenue mademoiselle ! Un petit rafraîchissement ? proposa l’aubergiste.

-Oh, volontiers, j’aimerais aussi acheter quelques provisions.

-Ça tombe bien, il y a un vendeur ambulant qui s’est arrêté ici pour manger, il est à la table là-bas.

- Très bien, je vais le voir. »

L’aventurière s’approcha de la table du vendeur, celui-ci leva la tête.

- Bonjour ma petite dame, de quoi avez-vous besoin aujourd’hui ? Demanda l’homme, enjoué.

-Il me faudrait de la nourriture pour chien. Répondit-elle avant de s’asseoir.

La serveuse apporta une boisson bien fraîche à Roze :  « Voici pour vous ! Notre spécialité ! 

-Merci bien ! » lança l’aventurière.

Le vendeur posa sur la table un sachet de croquettes pour animaux. Un autre objet attira l’attention de la jeune femme :

- Et ce bracelet-là, je l’aime bien. » Répondit Roze en pointant du doigt un bijou argenté qu’elle avait remarqué.

-Oh, je vois que mademoiselle a l’oeil ! C’est un petit porte-bonheur en argent ! Tu le veux aussi ?

-Oh, je ne suis pas superstitieuse, mais je le trouve joli, je vais prendre le tout. Déclara la jeune fille avant de boire sa boisson d’un trait.

-Parfait, je te fais un prix à... hmm, disons 60 pièces d’or ? » La jeune fille posa le compte sur la table, avant de saluer le vendeur et d’aller payer l’aubergiste pour sa boisson. Roze ressortit avec ses achats, puis s’accroupit au niveau du chien pour le nourrir.

« Bon par contre pour la nourriture, il va falloir partager, euh, je ne savais pas trop ce que mange un dragon alors j’ai fait pour un bien. » Annonça la jeune fille gênée.

« Hé, demoiselle, attendez !  L’interpella le vendeur qui sortait de l’auberge. Voici un bol d’eau pour vos animaux, ils doivent avoir soif ! Oh, je reviens, je vais en chercher un plus grand. » Dit-il un peu impressionné en voyant Yaso.

-Vous avez raison, c’est très gentil. » Le remercia la jeune fille. 

L’homme revint avec une autre coupelle pour le dragonnet.

- Tiens, ça me fait penser. Un homme est passé il n’y a pas très longtemps, il parlait de dragons. Je n’ai pas tout compris, il parlait tout seul de toute façon haha, allez bonne route !  Lança le vendeur avant de rentrer à nouveau dans l’auberge.

- Hmm, tiens donc... se dit Roze. Ah au fait j’oubliais. »

La jeune femme s’approcha de Yasoku, et accrocha le bracelet d’argent à sa patte. Elle put distinguer un sourire dans son regard.

« Si seulement tu pouvais parler. » Lui dit-elle en le regardant dans les yeux. Ceux-ci étaient vert pâle, ils ressortaient très bien de ses écailles, qui elles étaient d’un vert plus foncé. Il la regardait aussi, plongé dans le marron orange de ses yeux, qui ressemblait à un coucher de soleil. Il la fixait, comme s’il essayait de lui parler.

Roze lui sourit tristement. « Allez viens, continuons notre route, ô grand dragon de la légende ! » plaisanta-t-elle.

Le chemin partait en descendant, et au loin par delà les quelques arbres, on pouvait entrapercevoir une falaise. Soudain, une dame un peu âgée vint vers le trio, elle était complètement affolée :

 « Aidez-moi, s’il vous plaît !  Cria la vieille dame.

- Du calme Madame, qu’est-ce qui se passe ?  Demanda Rozaku en accourant vers elle. La femme tenta de reprendre son souffle.

- Des gobelins, des gobelins ont capturé ma petite fille !  J’ai tenté de les suivre, mais... 

-C’est bon, ne vous inquiétez pas, nous allons vous ramener votre petite fille.

-Oh, c’est vrai ? Merci, elle est tout ce qu’il me reste... » Déclara la vieille femme en sanglotant.

- Où l’ont-ils emmenée ? Demanda Rozaku.

-Dans la grotte là-bas... » Répondit la femme.

Le trio s’avança vers la caverne.

« Au fait Yasok, tu sais cracher du feu ? » demanda la jeune fille tout en continuant d’avancer.

Le dragonnet lui fit comprendre que non en crachant à peine une petite fumée noire ridicule.

« Décidément, tu ne sais pas voler, pas cracher de feu, mon pauvre. Les légendes sont souvent déformées, pas vrai ? » Répondit Roze.

Alors qu’ils entraient, on pouvait déjà entendre les rires de gobelins qui résonnaient.

« Bon, les deux froussards, vous restez derrière moi et surtout, PAS de cris, PAS d’aboiement, OK ? On ne doit pas se faire repérer ! » Leur expliqua l’aventurière en chuchotant, bien qu’elle ne soit pas sûre qu’ils aient compris tous les deux.

La jeune femme entra lentement et scruta les environs discrètement. À première vue, la grotte semblait comporter plusieurs couloirs dont certains étaient gardés par des créatures gobelin.

« Par ici, la voie est libre de ce côté ! » Murmura Roze. Ils avancèrent doucement, quand tout à coup elle entendit au loin des pleurs d’enfant.

« Je crois qu’on est sur la bonne voie, je peux entendre vaguement la petite ! » Chuchota-t-elle en se tournant vers Yasoku.

Celui-ci semblait paniqué, il regardait fixement derrière Roze, qui comprit que quelque chose n’allait pas et se retourna. Un gobelin approchait rapidement, prêt à attaquer !

Il sauta sur la jeune fille, brandissant sa hache ! Prise par surprise, l’aventurière n’eut pas le temps de dégainer, il fallait faire quelque chose vite, sinon Roze serait blessée et l’alarme serait donnée.

Le dragon rassembla son courage et bondit sur la créature, pour lui trancher la gorge avec ses dents !

La jeune fille était stupéfaite :

- Bien joué ! Le félicita-t-elle en se relevant. Je vais être plus vigilante... »

Roze et ses deux amis continuèrent de longer le couloir. Au bout, une petite fille brune dans une cage, près d’une grosse marmite sur un feu, et surtout deux énormes gobelins en guise de gardes.

Le trio observait la scène, caché derrière un rocher.

- Bon les gars, il faut leur sauter dessus avant qu’ils ne puissent donner l’alerte, Yasok, il va falloir faire comme tu as fait tout à l’heure, tu prends celui de gauche, et moi celui de droite. »

Les deux gobelins discutaient :

- Pas assez à manger sur petite fille ! Nous aurai dû prendre grand-mère !

-Toi fou ! Viande de grand-mère pas bon ! » lui répondit le deuxième.

Roze ne put retenir son rire.

-Toi avoir entendu ? » Demanda le premier monstre au deuxième, mais il ne reçut pas de réponse.

En effet, le deuxième était déjà par terre et derrière son cadavre, la silhouette de la jeune fille avec son épée à la main.

« Elle tranche bien cette nouvelle épée, parfait ! » Dit-elle en fixant l’autre gobelin qui commençait à perdre son sang froid.

Il tenta de bondir sur la fille avec sa hache, mais tomba soudainement à la renverse. Yasoku s’était servi de sa queue pour le renverser, ce qui lui fit par la même occasion lâcher sa hache. Celle-ci vola et lui retomba directement sur la gorge, il mourut sur le coup. La petite fille dans la cage était bouche bée devant une telle scène.

« Nous allons te sortir de là. » Lui dit l’aventurière. Elle fouilla les poches des gobelins à terre et y trouva une grosse clef, elle déverrouilla la cage avec.

«  Il y a un autre monstre derrière vous ! Cria la petite fille un peu effrayée en voyant Yasok.

- Non, ce n’est pas un monstre, regarde, il n’a pas mangé le chien. C’est mon ami, il est gentil. Lui répondit Roze d’un ton rassurant.

-Ah bon ? Il vous l’a dit ? Questionna la fillette.

-Non, mais je le sais. » Dit la jeune femme en se tournant vers le dragon. Ses yeux vert pâle brillaient. Ils repartirent tous les quatre aussi discrètement qu’ils étaient arrivés.

Une fois dehors, la petite fille se mit à courir vers sa grand-mère qui attendait non loin, et lui sauta dans les bras :

« Mamie !!!

-Oh, vous avez réussi, vous me l’avez ramenée ! Merci infiniment ! S’exclama la vieille dame les larmes aux yeux.

- C’est normal. » Lui répondit Roze, tout aussi heureuse.

Ils dirent au revoir à la petite et à la vieille dame puis reprirent la route. Après avoir beaucoup marché, les trois individus arrivèrent finalement au bord d’une falaise et ne pouvaient pas aller plus loin. Roze contempla le ciel, pensive.

 « Yasoku, je ne sais pas quoi faire pour t’aider, je voyage avec toi pour te comprendre, mais je ne connais même pas ta malédiction... » Dit-elle en fixant toujours l’horizon. Sa phrase fut suivie d’un long silence, un silence qui fut brisé par une voix.

« Comment as-tu-fait pour capturer ce dragon ? »

La jeune fille se retourna brusquement, devant elle, Taurnil, l’homme mystérieux qui lui avait volé son livre.

« Toi... Tu nous as suivis ! Dit-elle en colère.

-Ça n’aurait pas dû se passer comme ça, le dragon devait être à moi ! Tu imagines le potentiel que pourrait avoir ce dragon ? Le dresser, le faire devenir une bête féroce, tu réalises le pouvoir que je pourrais avoir ? Répondit l’homme.

-Ce dragon n’appartient à personne ! Tu es complètement fou ! Lui cria l’aventurière.

- Moi fou ? » Continua Taurnil tout en se mettant à marcher vers la fille.

Une fois devant elle, il reprit en hurlant : « C’est toi qui es folle de t’être mise en travers de mon chemin ! »

Aussitôt, il la poussa violemment dans le vide ! L’aventurière tomba en arrière, Yasoku et le chien tentèrent de la retenir, mais tombèrent finalement avec elle.

Pendant sa chute, Roze regarda en bas. Il y avait un énorme lac, au moins ils n’allaient pas mourir écrasés sur le sol, mais elle se souvint que le dragon n’aimait pas l’eau ! Et s’il se noyait ? Que faire ? Pas le temps de réfléchir, ils venaient tous les trois de plonger dans le lac à une vitesse fulgurante.

Sonnée par l’impact de l’eau, la jeune fille se mit à voir flou, puis ne vit plus rien. Le lac se mit à briller d’une lumière blanche étincelante, et la lumière disparut soudainement dans un flash.

Rozaku se réveilla sur le bord de la rive, trempée, le chien lui léchait l’oreille pour qu’elle se réveille.

« Ohh... Que s’est-il passé ? Se demanda-t-elle en se redressant. Oh mon dieu, Yasoku, il doit être encore dans l’eau, vite ! »

La jeune femme se précipita pour aller le chercher.

« Non, je vais bien, je suis là. » Répondit une voix.

Roze se tourna lentement, devant elle, un jeune homme à l’allure un peu frêle, les cheveux châtain clair tout mouillés.

« Quoi ? Qui êtes-vous ? Qu’avez-vous fait de mon ami ?! » Le questionna la jeune fille paniquée. Le garçon ne répondit pas. Elle le regarda de la tête aux pieds, jusqu’à arriver à son poignet, sur lequel était accroché un bracelet en argent. Un grand silence suivit, elle réalisa.

Roze releva la tête, et regarda le jeune homme dans les yeux, elle reconnut ses yeux vert pâle.

« C’est... C’est toi... Bafouilla-t-elle.

-Oui... Lui répondit-il.

-Mais...Comment est-ce possible ?

-Maintenant que je peux de nouveau parler, je vais pouvoir t’expliquer. »

Rozaku le fixait, les yeux grands écarquillés, prête à écouter son histoire.

« Je me souviens que je suis allé voir ce que je croyais être une sorcière aux grands pouvoirs. Je voulais me venger de tous ces gens qui s’étaient moqués de moi et me rendaient la vie dure. Alors je lui ai demandé de se servir de ses pouvoirs pour me transformer en un dragon redoutable, pour que je puisse tous les brûler... Elle m’a répondu : « Que crois-tu que je sois ? Une vieille sorcière maléfique ? J’ai effectivement la capacité de métamorphoser les gens, mais tu ne devrais pas juger sur les apparences mon petit. Pour te punir, je vais te transformer, mais pas en ce que tu veux.

Tu deviendras un petit dragon faible ! Si tu veux guérir de cette malédiction, tu devras trouver la personne qui purifiera ton coeur noirci de haine. »

J’errais dans les montagnes, j’étais tellement en colère, ça n’arrangeait rien. Et tu es arrivée... »

Rozaku était abasourdie, elle n’en revenait pas d’une telle histoire.

« Mais d’où viens-tu ? Lui demanda-t-elle.

-Je ne me souviens pas, répondit tristement Yasok.

-Ce n’est pas grave, viens avec moi à Golden Road, c’est un chouette endroit, tu pourras recommencer une nouvelle vie. Proposa Roze.

-C’est vrai ? demanda le jeune homme.

-Bien sûr, viens. »

Une longue route, heureusement sans autre embûche, les ramena au village. La petite Midori, qui s’était perdue l’autre jour, accourut vers eux :

« Tu as retrouvé mon chien ! Merci ! S’exclama la petite.

-Oh, c’est bien ce que j’avais pensé ! Quand je l’ai trouvé, il avait l’air égaré et trop content de me voir ! Eh bien, il a appris plein de choses depuis qu’il me suit ! » Lui répondit l’aventurière.

Le chien fit une léchouille à Roze et Yasok avant de repartir vers sa maîtresse. Les deux protagonistes se regardèrent et sourient.

 

 

***

Rozef

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire, une remarque, un avis :)

***

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site