Chapitre 1 : Le livre et l'épée

Rozjeu1

 

« La légende parle d'un dragon redoutable aux écailles vertes, un géant détruisant tout sur son passage..."

"Tu sera maudit pour t’être ainsi comporté ! Tu ne seras pas ce que tu as demandé, tu devras rencontrer une personne qui purifiera ton coeur noirci de haine pour vaincre cette malédiction ... »

Chapitre 1 : Le livre et l'épée

 

 

 

C’est dans le sympathique village de Golden Road que la petite fille a terminé son périple. Se cachant dans les cales de bateaux de marchandises, orpheline et fuyant l’horrible image de son ancien village en flammes.

Âgée de seulement douze ans à son arrivée, l’enfant fut recueillie par un homme-fée qui habitait ce hameau en bords de mer. Cette gentille personne fut sa seule compagnie pendant un long moment, car, traumatisée à l’époque, elle ne voulait voir personne. La petite rescapée se nommait Rozaku, mais tout le monde l’appelait Roze. L’enfant était devenu une jeune femme téméraire et casse-cou, toujours en quête d’aventures.

La demoiselle vivait maintenant seule dans une petite maison du village. C’était une aventurière chevronnée qui gagnait sa vie modestement en acceptant diverses quêtes confiées par toutes sortes de gens, de son village comme de ceux des alentours. 

Ces derniers temps, elle s’ennuyait beaucoup car elle n’avait actuellement aucune mission à remplir. Lassée de tourner en rond dans son logis, elle décida de sortir prendre l’air.

 

Dans son village, il circulait une étrange légende racontant les faits d’un dragon cracheur de flammes qui se terrait dans les montagnes non loin d’ici.

Alors que Roze se promenait, elle entendit une conversation entre deux villageois :

-Tu penses que ce dragon existe vraiment ? Demanda une femme qui tenait un panier rempli de légumes.

-Je ne sais pas, mais je n’aimerais pas le croiser s’il est comme on le dit ! » Lui répondit un homme.

« Encore cette histoire ? » Pensa la jeune femme, intriguée.

Lasse d'entendre des morceaux de cette histoire farfelue de dragon légendaire et destructeur, elle décida de se rendre à la bibliothèque du village pour emprunter un livre parlant de cette légende, si toutefois un tel bouquin existait.

Elle poussa la grande porte en bois grinçant de ce lieu empli d'étagères s’élevant jusqu'au plafond. Il n'y avait pas grand monde, juste quelques personnes qui lisaient tranquillement à une table dans un coin.

 

Cependant, un homme étrangement vêtu attira l’attention de Roze, il ne faisait rien, il était juste là debout à jeter un oeil partout.

Ses cheveux étaient longs, châtain foncé et il portait des vêtements sombres et une cape.

Roze passa devant lui, elle put apercevoir ses yeux malgré les cheveux qui tombaient devant. Ils étaient comme sa chevelure, mais tiraient un peu vers le rouge. La jeune femme et l’étrange personnage se fixèrent quelques secondes. Roze mettrait sa main à couper que, vu son accoutrement, il ne travaillait certainement pas à l’épicerie ! Cette pensée lui arracha un rire discret. Effectivement, il avait plutôt l'air, comme elle, d'un aventurier, même si contrairement à elle, ses vêtements ne le laissaient pas présager.

En effet, Roze était revêtue d'une robe bleu ciel aux

longues manches et descendant jusqu'au-dessus de ses genoux, qui étaient eux-mêmes recouverts de collants à rayures grises et blanches. Plus bas, sur ses pieds, des chaussures en total désaccord avec le reste de sa tenue : des boots marron.

 

En tout cas, cela ne choquait pas, Roze les portait très bien, et elle ne les échangerait pour rien au monde tant elle les trouvait confortables.

La jeune femme détourna le regard pour commencer à chercher l’ouvrage qui l’intéressait.

Au bout d'une bonne heure de recherches, la jeune fille finit par trouver un livre : « La légende de Yaso ». Satisfaite, ce bouquin fut sa seule location pour aujourd’hui et elle rentra immédiatement pour le lire.

Roze s’apprêtait à sortir lorsqu’elle remarqua que le jeune homme étrange était encore là. Il lui sourit, elle ne comprit pas pourquoi, mais par politesse le lui rendit. Sitôt arrivée, elle déposa le livre sur sa table.

« Je vais enfin en savoir un peu plus ! » se dit-elle. La jeune fille feuilleta l'ouvrage, il ne racontait pas grand-chose, la moitié des pages étaient illisibles.  

-Mais qu'est-ce qu'un livre aussi abîmé faisait à la bibliothèque ?! » râla-t-elle.

Tout ce que ce bouquin pouvait lui apprendre, c'est que le dragon se terrait dans les montagnes du Nord. Alors la jeune fille décida de s'y rendre, elle en avait assez de rester ici à ne rien faire. Elle prépara tout de suite sa sacoche, quelques provisions ainsi que son repas du midi car une petite faim commençait à la gagner.

Mais au moment de saisir son épée, elle se rappela qu'elle l'avait cassée lors de sa dernière aventure.

Roze savait bien qu’il serait stupide de partir ainsi sans arme. Elle décida donc d’aller voir son voisin, Chris, son ami l’homme-fée. Il lui en prêtait de temps à autre.

C'était une personne très gentille et très élégante, souvent habillée d'un joli costume noir et blanc. Ses cheveux étaient noirs, courts et bouclés et ses yeux étaient d’un bleu très clair. Roze alla frapper à sa porte.

« Entrez ! » Cria-t-il depuis sa chaise. La jeune risque-tout ouvrit la porte et passa la tête dans l’embrasure. Il était en train de bouquiner tranquillement installé dans son salon.

-Salut ! Lui lança-t-elle d'un ton enjoué. Qu'est-ce que tu lis ? »

Il n'eut pas à lui répondre, car elle pencha sa tête pour déchiffrer le titre de l’ouvrage :

 « Le destin d'une fée » ? Ça a l'air bien. » Reprit-elle. Il lui sourit, amusé de son impatience.

-Qu'est-ce qui t'amène ma chère Roze ? Lui demanda-t-il, en lui faisant signe de s'asseoir. 

-Oh, eh bien tu te souviens, j'ai cassé mon épée... Lui expliqua-t-elle en s’asseyant face à lui.

-Oui oui je m'en souviens, contre le monstre tentaculaire ! S’exclama-t-il avec un rire.

-Oui, et je me demandais si tu en avais en stock ? » Lui souffla-t-elle un peu gênée.

Il émit un « Hmm... » pensif. Réfléchir provoquait souvent chez lui des petits battements de ses belles ailes bleues, sans même qu’il ne s’en rende compte.

- Non Roze, je t'en ai déjà donné deux, que j'ai dû réparer plusieurs fois. D'ailleurs, elles n'ont pas tenu longtemps vu que je ne suis pas forgeron. Tu sais bien que je suis plus doué avec le bois que l'acier, déclara-t-il avec un petit sourire complice.

Je crains que tu ne doives aller chez le forgeron du village cette fois, ma chère. 

L'aventurière se releva.

-Tu as raison, j'y vais de ce pas ! » Annonça-t-elle avant de se diriger vers la porte.

Chris se leva à son tour et l’interrogea :

 - Dans quelle sorte d'aventures t'embarques-tu encore une fois, Roze ? 

 

La jeune fille était déjà au pas de la porte ouverte, une main sur la poignée. Elle murmura :

« Ne t'inquiète pas, Chris. »

Rozaku referma le battant derrière elle. L’homme-fée poussa un long soupir, secouant lentement sa tête baissée, n’étant pas surpris le moins du monde d’un passage aussi rapide de son amie.

« Celle-là, elle ne changera jamais... »

 

*

Tout en marchant vers le magasin d’armes, Roze tapota sa sacoche, provocant un agréable bruit de pièces. Elle s’imaginait déjà avec une belle épée.

L’aventurière poussa la porte du magasin, « Bonjour ! Lança le vendeur au comptoir. Prenez tout votre temps ! »

La jeune femme balaya la salle du regard : dans une pièce ouverte à côté, un homme chauve travaillait sur une enclume. Il fit un signe de tête en guise de bonjour, Roze fit de même.

Elle arpenta la pièce, on pouvait y admirer des armes de toutes sortes accrochées partout : des haches, des dagues, des masses pointues, mais surtout des épées.

 

Après avoir scruté chacune d’entre elles, elle fit une mine boudeuse, aucun modèle ne semblait lui plaire, c’était la fin de stock. Le vendeur s’en aperçut :

 - Alors ma petite demoiselle, aucune arme ne vous a tapée dans l’oeil ? 

- Eh bien, je cherche une épée, en général quand je choisis une arme, il y en a toujours une qui m’inspire et je suis mon instinct, mais là... »

Le forgeron qui travaillait dans son coin releva la tête, « Hey, petite, viens par ici. »

Rozaku se retourna et s’avança vers lui, il posa son marteau à côté de l’enclume et se dirigea vers une grosse table en bois où étaient posées des armes pas encore en vente. L’homme saisit un étui et le tendit à la jeune fille.

« Dis-moi ce que tu en penses, je l’ai fabriquée ce matin. »

Roze ne dit rien, elle paraissait surprise, elle ôta l’étui, qui laissa apparaître une splendide épée.

« Ohh ! » Quel fut son étonnement! Une épée argentée au manche cuivré et bordé d’améthystes.

 

« J’ai pensé à cette épée quand je t’ai vue entrer dans la boutique, elle te plaît ? »

La jeune fille était bouche bée, « Évidemment ! Elle est géniale !

-Super, c’est pour ça que j’aime ce métier. Emmène-la au comptoir si tu souhaites l’acheter.

-Merci beaucoup ! » Lui répondit-elle avec un grand sourire. Elle ramena immédiatement l’arme à la caisse.

 - Oh ! Je vois que vous avez trouvé votre bonheur tout de même ! » Lança le vendeur en la voyant arriver avec sa trouvaille.

- Oui, ça vous pouvez le dire ! Elle est parfaite, je la veux !

 

- Très bien, alors pour un modèle comme celui-ci, cela fera 500 pièces d’or. » Heureusement, l’aventurière avait économisé grâce à ses petits boulots. Elle paya et attacha sa nouvelle épée à sa ceinture, très heureuse.

En sortant du magasin, la jeune femme posa ses mains sur ses hanches, victorieuse.

 

 

Elle avait la ferme intention de suivre les maigres indications du livre pour retrouver ce mystérieux dragon.

 

 

 

***

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site